Soutien au Théâtre de Verre, espace d’utopie

scritto martedì 20 marzo 2007 alle 20:20

photocredits: http://paris10e.lesverts.fr

Entre les espaces parisiens qui témoignent une volonté d’«être lieu», avant de «faire lieu», il y a le Théâtre de Verre, dont nous avons déjà parlé à l'occasion de l’exposition de Cécile Carrière, et dont nous parlons maintenant car il est une nouvelle fois menacé de fermeture par la SNCF, propriétaire négligent de cette espace dans le cœur de Paris, 25/27 rue de l'Echiquier.
L’Association Co-Arter et le collectif du Théâtre de Verre ont créé une des réalités les plus agréables de Paris où passer un dimanche après-midi conviviale de musique et cuisine du monde. Espace et pratiques communautaires, tolérance, forte présence sud-américaine et africaine, réinvention d’un coin de ville selon la logique du vivre ensemble : on mange et on boit pour peu d’argent, sur des tables qui nous rappellent les scènes des dimanches impressionnistes "en pleine aire". Paris, XIX siècle.
Espace qui vaut bien une visite, charmé de piles des cailloux et de papiers, débordant objets trouvés. Une forêt magique où les convoités rôdent quand ils n’ont pas envie de musique et de vin non plus. C'est la scénographie des activités et expositions qui se déroulent pendant toute la semaine, alors que le clou vient tous les dimanches après-midi. Les héros ivrognes et joviaux qui fréquentent le squat combattent contre le « duende » qui normalement tenaille les fins de week-end ; musique, surtout, avec beaucoup des joueurs habitués, des entrées casuelles et imaginaires, des participations inattendues, des propositions insolites, des figurants poétiques (ou ironique): une vrai « musique du monde », bien loin des déclinations insignifiantes qu’on est habitué d'écouter dans les "lounge bar".
Le Théâtre de Verre est l’idée utopique et possible qui montre que dans les villes aliénées il est possible de trouver un «espace ouvert pour des esprits libres prêts à prendre la réalité par ses cornes, à bien tenir en main les fils d'un cerf-volant appelé imaginaire, et à relever le défi de la dimension symbolique de l'art».
L’occupation remonte à novembre 2004, et après des nombreuses initiatives de dialogue entre la mairie de Paris et la SNCF (qui possède cette ancienne miroiterie de 1998) le collectif avait obtenu le droit de rester dans l’immeuble jusqu'à l’été prochain : il fallait dans le mois de décembre une convention entre la propriété et la mairie de Paris, pour la quelle a été organisée une expertise aussi, pour établir les travaux nécessaires à la mise aux normes des locaux. Ce qui n’a pas été. Et donc voilà la nouvelle expulsion : les responsables de l’occupation ont été convoqués par la préfecture et l’espace risque de fermer avant toutes prévisions optimistes. Et l’utopie redevient utopique.
Solidarité, soutien, commentaire, renseignements ou pour connaître la saison culturelle qui risque de rester une simple proposition: http://perso.orange.fr/luispasina.

rispondi e commenta qui, oppure fai un trackback (!?) dal tuo sito.

una risposta a “Soutien au Théâtre de Verre, espace d’utopie”

  1. [...] alla regola. All’epoca c’erano il Bal des Pianos alla ghigliottina, le domeniche danzanti al Théâtre de verre a due passi dai Grands Boulevards, la Générale des Arts nel cuore di Belleville, gli squat e le [...]

lascia un commento

Altri articoli in Paris Mushrooms

requiem pour le bal des pianos

Malheureusement c'est vrai. Il suffit de lire les quelques lignes sur le site Internet officiel pour apprendre que les gens qui étaient à la Guillotine vendredi 28 mars ont eu la chance de participer au dernier « Bal des pianos». Qu'est-ce que c'était que...

cecile carriere: furie éthique e monde intérieur

  Il y a une furie éthique dans les encres noires de Cecil Carriere. Cette jeune artiste confie son monde onirique à ses dessins, ou plutôt l’envers : ses figures sont des organismes biologiques confus, in fusion éternelle entre eux. Avec son travail on s’approche...

Pétition pour le “theatre de verre” et la culture alternative à but non lucratif.

photo : Vincent Pfrunner / 1d-photo.org La pétition pour la sauvegarde du «Théâtre de Verre» est en ligne. Italiens ou français, vous pouvez contribuer avec votre signature à la survie d’un espace de résistance humaine. La petizione per salvare...

swing, sambuca & raggamuffin

Il y a deux semaines on les a vus au Théâtre de Verre et on les a bien aimés. Ils ont la force propulsive du melting pot. Déjà de la liste des instruments on s’aperçoit que le genre est justement ça : le mélange et l’esprit pour des...

Fetart et la Générale: décrochage festif du 13 mars

Il faut avoir un drôle d’estomac et de l’humeur pour se mêler avec les gens de la générale. Le squat du XX, (XIX peut être, du moment qu’il se trouve 14 rue du général Lasalle, sur la frontière entre les deux arrondissements, où...

détester le peuple pour en rire

Il y a la cruauté. Et il y a la méchanceté. La cruauté artaudienne nous étonne e frappe pour ouvrir la route d’une nouvelle perception de la réalité, qui peut se réaliser seulement dans l’extraordinaire de la scène théâtrale....

le festival rock des inaperçus français

Hier soir, 6 février, au Glaz’art (7, avenue de la Villette) est commencé le festival rock « Dans la série des inaperçus », dédié à la nouvelle scène musicale française et organisé par plusieurs partenaires et par...

hard boiled

Je vaudrais être comme Boris Vian Dans j'irais cracher sur vos tombes Blanc Voix de noir Noir Peaux de blanc Ou comme Belmondo e sa clope Et Clint encore Per un pugno di dollari j'aurais son coeur Mais ce qui reste de moi Dans cette été australe C'est pas du bonheur...