17 hippies et Yoanna à la Maroquinerie

scritto mercoledì 21 marzo 2007 alle 12:00

17 hyppies

C’était qui la fille qui tenait le parterre avec la seule force de son physique du rôle? La fille en robe rouge, théâtrale, clownesque, libre, impertinente qui a ouvert le concert à la Maroquinerie lundi 19 mars ?
C’était Yoanna, une toute jolie suisse qui a du vif-argent dans les veines et dans les doigts. Elle, son accordéon et… voilà le jeu est fait. Rien d’autre en scène pour soutenir la pression d’un parterre très difficile, dont la participation physique n’était pas l’attitude la plus remarquable, même face à 17 hippies, plat de résistance (à la transpiration ?) de la soirée.
Mais Yoanna n’a pas peur d’un publique plus volé que partagé : elle met en pratique sa verve scénique et donne un coup à ses chansons avec toute la force du charme et de la provocation. Le but : arriver droit au publique. Et pour y arriver elle profite de ses attitudes de performer aussi ; elle parle avec le publique, écoute les réponses, crache de la bière sur les premiers rangs, se plaint du chewing-gum dans la bouche d’un bonhomme du public, chante sans microphone en risquant la paralyse de la gorge. Agitée, exagérée : virtuose de l’accordéon elle est un enfant prodige, classe 1985, qui a fait du théâtre, du cirque et des performances avant d’arriver à la musique à plein temps. Ses paroles de fois sont caustiques, de fois drôles, de fois marrantes. Elle a encore du travail à faire de ce coté mais c'est la bonne route et nous aimerions bien la voir avec ses compagnons du trio. Peut être au Zèbre de Belleville le 3 et 4 avril. Mais les protagonistes de la soirée étaient les 17 hippies, formation allemande pas mal connue en France et inconnue, bien sûre, en Allemagne. On dit qu’ils font de la musique tzigane, mais ce n’est pas complètement ça : la quantité énorme des instruments qu’ils jouent correspond à la quantité de genres musicaux qu’ils mélangent et à la différence de résultats. En dépit du nom ils sont 13 et ils viennent d’une longue expérience dont la clé était jouer tout, jouer toujours, jouer partout, jouer pour tous. Et ça se voit car nous avons eu l’impression que les violons, le banjo, le contrebas, les instruments à vent, l’accordéon, les guitares, étaient joués par la même personne. Une musique qui a une force d’attraction magnétique capable de faire bouger les cailloux et qui regarde à l’Espagne comme à l’Europe de l’Est, avec un goût tout à fait contemporaine pour le rythme. Musique à boire, joviale comme les musiciens qui la réalisent et qui demandent au publique de La Maroquinerie de se faire instrument à son tour. Encore une fois il faut souligner la faiblesse du parterre, qui a réagi à la vitesse et aux accélérations seulement trop tard, fin concert, pour récompenser le group des deux bis accordé. Mais il est vrai aussi que le dernier album (Heimlich, c’est-à-dire « caché », mais beaucoup plus philosophique) marche à vitesse réduite (mélodique ?) alors que nous les préférons avec la  tachycardie à cinquante battements par second. http://www.17hippies.de
http://www.matcha.ch

rispondi e commenta qui, oppure fai un trackback (!?) dal tuo sito.

lascia un commento

Altri articoli in Paris Mushrooms

Fetart et la Générale: décrochage festif du 13 mars

Il faut avoir un drôle d’estomac et de l’humeur pour se mêler avec les gens de la générale. Le squat du XX, (XIX peut être, du moment qu’il se trouve 14 rue du général Lasalle, sur la frontière entre les deux arrondissements, où...

cecile carriere: furie éthique e monde intérieur

  Il y a une furie éthique dans les encres noires de Cecil Carriere. Cette jeune artiste confie son monde onirique à ses dessins, ou plutôt l’envers : ses figures sont des organismes biologiques confus, in fusion éternelle entre eux. Avec son travail on s’approche...

détester le peuple pour en rire

Il y a la cruauté. Et il y a la méchanceté. La cruauté artaudienne nous étonne e frappe pour ouvrir la route d’une nouvelle perception de la réalité, qui peut se réaliser seulement dans l’extraordinaire de la scène théâtrale....

requiem pour le bal des pianos

Malheureusement c'est vrai. Il suffit de lire les quelques lignes sur le site Internet officiel pour apprendre que les gens qui étaient à la Guillotine vendredi 28 mars ont eu la chance de participer au dernier « Bal des pianos». Qu'est-ce que c'était que...

le festival rock des inaperçus français

Hier soir, 6 février, au Glaz’art (7, avenue de la Villette) est commencé le festival rock « Dans la série des inaperçus », dédié à la nouvelle scène musicale française et organisé par plusieurs partenaires et par...

swing, sambuca & raggamuffin

Il y a deux semaines on les a vus au Théâtre de Verre et on les a bien aimés. Ils ont la force propulsive du melting pot. Déjà de la liste des instruments on s’aperçoit que le genre est justement ça : le mélange et l’esprit pour des...

Soutien au Théâtre de Verre, espace d’utopie

Entre les espaces parisiens qui témoignent une volonté d’«être lieu», avant de «faire lieu», il y a le Théâtre de Verre, dont nous avons déjà parlé à l'occasion de l’exposition de Cécile Carrière,...

Pétition pour le “theatre de verre” et la culture alternative à but non lucratif.

photo : Vincent Pfrunner / 1d-photo.org La pétition pour la sauvegarde du «Théâtre de Verre» est en ligne. Italiens ou français, vous pouvez contribuer avec votre signature à la survie d’un espace de résistance humaine. La petizione per salvare...