requiem pour le bal des pianos

scritto mercoledì 28 marzo 2007 alle 11:13

bal de piano

Malheureusement c'est vrai. Il suffit de lire les quelques lignes sur le site Internet officiel pour apprendre que les gens qui étaient à la Guillotine vendredi 28 mars ont eu la chance de participer au dernier « Bal des pianos».
Qu'est-ce que c'était que ce « Bal des pianos »?
Effectivement le nom ne dit rien si on n'a pas participé au moins une fois à cette défilé ou parade folle, magique, pataphysique, « fatrastique », qui se déroulait tous les quinze jours au cœur de la banlieue artistique de Paris. Montreuil, le village : sur l'espace ouvert de la Guillotine les danses pour la fête des villageois métropolitains qui se donnaient rendez-vous pour attendre ensemble le lever du soleil, dans une escalade de poésie libre, performances, musique et improvisation. Spirale hypnotique. Le comptoir. Les habitués. Un bar qui rappelle un entrepôt, plusieurs salles dont deux en plein aire. Pour chaque salle une découverte et un événement différent. Un homme masqué, un accessoiriste en dispute avec ses coulisses, une énorme turbine cinématographique, danseuses et rhabdomancien de l'esprit: voilà les illuminations, les éclatements de réalité qu'on a vu l'année passée à la Guillotine. Arrosé par la bière, bien sûr, on est arrivé aussi à réaliser des sculptures de marbre pendant la soirée et à les transporter à l'intérieur au petit matin. Enfin le 28 mars: dernier Bal des pianos. Requiem pour les cœurs sensibles. Requiem pour les gorges des poètes alcooliques. Requiem créatif d'improvisation et de performance: le jazz et les combinaisons musicales classiques de la guillotine entre folk, world music, accordéons et tambours. BernaRdo Bernardella, Les BerNardini, TAra Banda, Gallina La LuPa, Gaël HoRellou Quartet, DjouMo, Cie PequOd, Plug in Circus: et c'est presque impossible de donner une idée des performances de chaque groupe, tellement ils ont joué ensemble, dans le même « unicum ». Ce qui a toujours fait la force et l'attraction magnétique de la poésie excitée et désespérée à la fois des nuits à la Guillotine. Une charrette qui distribuait aux gens les gueules "toutes dimensions" de Johnny Hallyday. Un bidon-perfusion de vin : l’esprit du Bal des pianos était ce qu'on attend de Paris. Le goût rétro pour la musique et la danse. Le goût pour une folie d'autre temps. Et on n'exagère pas si on dit que la vie des noctambules parisiens perd un patrimoine et qu'un espace vide reste dans les vendredis soirs parisiens. C'est dommage, aussi si la nouvelle programmation du bar rue de Robespierre a été changée en théâtre, performances, salle de répétitions, dégustations. Un tour dans les pages du site Internet vaut bien le coup, aussi si on se rappelle très bien du bouche à oreilles de l’année dernière, seul système de propagation des "soirées Guillotine".

http://www.laguillotine.net/

rispondi e commenta qui, oppure fai un trackback (!?) dal tuo sito.

2 risposte a “requiem pour le bal des pianos”

  1. [...] Et voil , c’est fait. Vendredi 29 juin le dernier Bal des Pianos. On en avait déj joué le requiem il y a quelque mois, mais la volonté et les pressions politiques de ceux qui « sont fan » a bien évidemment conduit les organisateurs de la Guillotine répéter l’événement avant que tout le monde quitte bon droit le temps pourri de Paris pour une vraie été bord de la mer. Le dernier c’est le dernier : et on l’a pu vérifier dans l’atmosphère un peu plus triste que le normal : moins de monde, moins de genres musicaux, pas de coulisses ravir les yeux et l’esprit, la pluie, le vent, le froid. Beaucoup de visages connus, comme toujours, la plupart en déménagement directement de la Mer boiree, bar vocation BD en haut du Parc de Belleville où nous avons commencé aller le mercredi soir pour écouter les folies musicales de Gallina la Lupa et regarder les pas de danse que ça provoque. Nous le conseillons, bien sûr. Et donc Gallina la Lupa, ses accordéons et son esprit la Vinicio Capossela, avec un porte voix au lieu du microphone et la transpiration valsienne. Ce qu’on n’avait jamais vu (ou dont on se rappelait pas cause de l’alcool) est le formidable batteur dans le caddie (comment il s’appelle, déj ?), qui avec un microphone et un synth branché aux instruments le plus artisanaux possible nous a donné la pêche pour continuer la soirée jusqu’au matin. Et bonne nuit, la Guillotine. [...]

  2. [...] Et voil , c’est fait. Vendredi 29 juin le dernier Bal des Pianos. On en avait déj joué le requiem il y a quelque mois, mais la volonté et les pressions politiques de ceux qui « sont fan » a bien évidemment conduit les organisateurs de la Guillotine répéter l’événement avant que tout le monde quitte bon droit le temps pourri de Paris pour une vraie été bord de la mer. Le dernier c’est le dernier : et on l’a pu vérifier dans l’atmosphère un peu plus triste que le normal : moins de monde, moins de genres musicaux, pas de coulisses ravir les yeux et l’esprit, la pluie, le vent, le froid. Beaucoup de visages connus, comme toujours, la plupart en déménagement directement de la Mer boire, bar vocation BD en haut du Parc de Belleville où nous avons commencé aller le mercredi soir pour écouter les folies musicales de Gallina la Lupa et regarder les pas de danse que ça provoque. Nous le conseillons, bien sûr. Et donc Gallina la Lupa, ses accordéons et son esprit la Vinicio Capossela, avec un porte voix au lieu du microphone et la transpiration valsienne. Ce qu’on n’avait jamais vu (ou dont on se rappelait pas cause de l’alcool) est le formidable batteur dans le caddie, qui avtec un microphone et un synth branché aux instruments le plus artisanaux possible nous a donné la pêche pour continuer la soirée jusqu’au matin. Et bonne nuit, la Guillotine. [...]

lascia un commento

Altri articoli in Paris Mushrooms

(le deuxième) requiem pour le bal des pianos

Et voilà, c’est fait. Vendredi 29 juin le dernier Bal des Pianos. On en avait déjà joué le requiem il y a quelque mois, mais la volonté et les pressions politiques de ceux qui « sont fan » a bien évidemment conduit les organisateurs de la Guillotine à répéter l’événement avant que...

le sud de villa Ada: Roy Paci

On est un peu en retard, bien sur, pour en parler mais on le fera quand même, car il s’agit d’un musicien italien presque inconnu en France et pourtant de goût français ou, mieux que ça, international. On est en train de parler de Roy Paci (et de « sa » band, Aretuska) qui a joué à Rome...

Le bal retrouvé (dans la ferme)

Ce n’est point un simple endroit où aller danser. Une fabrique à argent non plus. Les bals du collectif Kouzkmienko sont des prises de consciences, ou – si vous préférez - des gestes politiques. Kouzkmienko ! Pour ceux qui ne le savent pas encore, il s’agit là du nom de l’heureuse...

le festival rock des inaperçus français

Hier soir, 6 février, au Glaz’art (7, avenue de la Villette) est commencé le festival rock « Dans la série des inaperçus », dédié à la nouvelle scène musicale française et organisé par plusieurs partenaires et par...

Requiem per Parigi

Nel marzo 2006 Parigi m’innamorò. Ed era la vita notturna a rapirmi. Dalla perpetua e sonnacchiosa Roma ad una capitale in cui era impossibile restare a casa. Una capitale in cui le Notti Bianche erano all’ordine del giorno e non un’annuale eccezione alla regola. All’epoca c’erano il...

détester le peuple pour en rire

Il y a la cruauté. Et il y a la méchanceté. La cruauté artaudienne nous étonne e frappe pour ouvrir la route d’une nouvelle perception de la réalité, qui peut se réaliser seulement dans l’extraordinaire de la scène théâtrale....

Fetart et la Générale: décrochage festif du 13 mars

Il faut avoir un drôle d’estomac et de l’humeur pour se mêler avec les gens de la générale. Le squat du XX, (XIX peut être, du moment qu’il se trouve 14 rue du général Lasalle, sur la frontière entre les deux arrondissements, où...

La maladie de l’œil

Œil, occhio, ojo. Du latin, oculus « organe de la vue », mot qui désigne aussi tout objet en forme circulaire comme les dessins sur la queue d’un paon, les bulbes, les tache sur la peau des animaux et sur les fourrures. L’œil se caractérise linguistiquement surtout avec sa forme, son utilisation...