La violence de la consommation

scritto mercoledì 14 ottobre 2009 alle 09:39


Les spectacles de Rodrigo Garcìa (1964) – dramaturge et metteur-en-scène argentin, naturalisé espagnol – ne prévoient pas de structures narratives fixes, mais s’adaptent au public au fur et à mesure des étapes en tournées, « en inspirant » le même oxygène des parterres.
Dans un entretien de 2006 [1], Garcìa éclaircit la portée de cette « dislocation », qui n’est pas un phénomène géographique, mais un vrai effort éthique. Comme les œuvres d’Anita Mendieta, les pièces de Garcìa déclenchent une réflexion en passant par l’association de deux éléments lointains, dont la relation est « imprévue ».
La délocalisation est racine d’une surprise. Par exemple, quand Garcìa utilise la Murga [2] pour transformer ses acteurs en masse de viande, chair humaine à plusieurs niveaux politiques : bleue, saignante, à point, carbonisée. Ce détournement devient espace d’articulation de la pensée : pour Mendieta une pelouse qui ressemble à une femme violée ; pour Garcìa l’image de Ronaldo, clown de McDonald’s, qui songe d’empoisonner les « Happy Meal ».
D’ailleurs, le nom de la compagnie de Garcìa, Carnicerìa, est évocateur d’une dislocation qu’on dirait « originelle », celle de l’immigration du tiers au premier monde, du passage (autobiographique) de la province à Buenos Aires, et puis de Buenos Aires à l’Europe. Carnicerìa : la boucherie du père, pour tracer une ligne subtile entre dimension biographique et narration absolue.
« Je me sers d’idées inachevées, de messages contradictoires » dit Garcìa « L’homme apprend car il s’émerveille. […] Sans vertige il n’y a pas de prédisposition à l’apprentissage.» [3] Cette extase est basée sur l’association surprenante du connu et de l’étranger : fiction et réalité sont mêlées, les visions déraillent.
Les assises du discours de Garcìa (critique des sociétés de la consommation, « soumission durable », jardinage humain) sont abordées sur le terrain double de l’universalité du message artistique et du croisement entre contexte privé et publique.
En équilibre entre body art et vidéo-installation, happening et talk-show, les personnages ainsi construits peuplent un décor-déchet qui les étouffe. Des nombreuses boites des produits-symbole de la consommation sont vidées sur scène et les protagonistes se vautrent souvent dans cette boue. No-global avant et au-delà des no-globals, l’esthétique de Rodrigo Garcìa est un fondamentalisme : signe d’un passage dramatique du tiers au premier monde.
De la pauvreté absolue à l’absolue pauvreté de l’âme.

___________________________

[1] Entretien avec Rodrigo García, Propos recueillis par David Sanson, traduits de l’espagnol par Christilla Vasserot (http://www.theatre-contemporain.net/spectacles/Arrojad-mis-cenizas-sobre-Mickey/ensavoirplus/idcontent/3343).
[2] Carnaval sud-américain violent et politiquement incorrect
[3] Ibid.

rispondi e commenta qui, oppure fai un trackback (!?) dal tuo sito.

2 risposte a “La violence de la consommation”

  1. Filippo scrive:

    ben tornato…
    e in grande stile anche….
    à bientot à Rome-lla

  2. artMobbing scrive:

    Meeeeeeeeeeeeeeeeeeeerki!!!

lascia un commento

Altri articoli in Paris Mushrooms

paris 1-02-07 19:54 – 19:57 la revolution de l’énergie

before: h19:54 after: h19:57 ...une transformation radicale de nos modes de production et de consommation... ...

Al margine. Teatro. Morte. Crudeltà. Scandalo.

Lunedì 12 marzo 2007 a Milano è censurata per la seconda volta in Italia la performance di Rodrigo Garcìa, Accidens - Matar para comer. Seconda volta, giacché la prima risale a qualche anno fa, quando la performance venne presentata a Prato. E si respira una certa intenzionalità...

Per farla finita col giudizio della luce (fine)

MANIFESTO ANTI-ILLUMINISTA Pensiamo al ritratto del biologo Giuseppe Levi in “Lessico famigliare”: preparazione classica, attitudine al linguaggio, sensibilità poetica come doti perdute di una scienza oramai assoggettata al delirio tecnocratico. Kant reagisce ad ogni possibile deriva dell’Illuminismo...

a un certo punto della vita dovresti impegnarti seriamente e smettere di fare il ridicolo

Incantevoli gli spazi del Teatro della Limonaia di Sesto Fiorentino. L’ambiente, anche, rilassato. Forte la carica emotiva per le mura ed il luogo che hanno il primato italiano della precoce scoperta di Rodrigo Garcìa. Meno incantevole invece l’evento che hanno ospitato ieri sera e che ospiteranno...

ville. accident de language.

photocredits - artMobbing - rk22.com L’interaction avec un espace « vécu », sujet à l’habitude du passage, à l’accumulation des hystérismes collectifs et à la patine du temps et de l’hypnose publicitaire. C’est la ressource des nouvelles formes d’expression métropolitaine qui expriment...

Fetart et la Générale: décrochage festif du 13 mars

Il faut avoir un drôle d’estomac et de l’humeur pour se mêler avec les gens de la générale. Le squat du XX, (XIX peut être, du moment qu’il se trouve 14 rue du général Lasalle, sur la frontière entre les deux arrondissements, où...