bellevilloise des photos: lucie & simon

scritto giovedì 28 giugno 2007 alle 23:44

earthvision
Manipuler l’environnement jusqu’à en construire des nouveaux.
Construire l’environnement.
Il est bien évident que l’homme a crée par la ville une espèce nouvelle d’habitat. L’architecture modifie la ligne de l’horizon, les migrations des oiseaux, le développement d’espèces.
Mais surtout la vision géométrique de la ville contemporaine change la pensée et pose l’homme devant une nouvelle essence de soi-même.
Les photos de Lucie & Simon que nous avons vues exposées à La Bellevilloise (EARTH VISION jusqu’au 18 juillet) observent la présence mentale de l’homme dans son espace.
Seul animal capable de créer un « milieu naturel » inapte à soi-même, dangereux, aliénant mais aussi signifiant et chargée d’une intentionnalité, l’homme a pensé pour soi un labyrinthe de lumière.
Un plein de formes (la ville) contre le manque de présences humaines.
Début, au centre d’un accident manqué la voiture avec sa vitesse destructrice est en train d’arriver ou vient de passer. ETOURDISSEMENT.
De profil sur en chemin de fer, près des présences humaines qui n’arriveront jamais.
Début sur un serpent de béton en attente de l’explosion soudaine des immeubles de verre transparent.
Un aéroport qui se prolonge comme dans une scène de théâtre, AU DE LA DE LA PHOTO, toujours en absence de corps.
Les carrés d’une architecture comme dans un vertige abstrait.
Il s’agit seulement de sept photos, mais il vaut la peine de monter à Ménilmontant pour boire un coup (oui, on peut en boire à moins dans Belleville… mais ne soyez pas radins) et s’étonner des mêmes visions de ces deux artistes.
http://www.lucieandsimon.com

rispondi e commenta qui, oppure fai un trackback (!?) dal tuo sito.

2 risposte a “bellevilloise des photos: lucie & simon”

  1. Eric Taubusse scrive:

    Un travail tres surprenant, a la limite entre le reel et le surnaturel. Un duo d’artiste qu’on ne connait pas encore (mois pour ma part) mais qui devrait surement marquer son temps…

  2. Delphine Dalaigle scrive:

    Tout a fait d’accord, l’exposition a la Bellevilloidse est incroyable.. AVis aux amateurs d’Art.

lascia un commento

Altri articoli in Paris Mushrooms

jusqu’à l’ocean

Come pasta di mandorle La pollution Mi ha riempito il cuore e lo stomaco Sarà l'ozono che intossica i miei giorni O che non ho pile voltaiche con me Per ascoltare Thomas Fersen Per ridere di Partre. Non posso leggere che Leroy E la sua fine del mondo. Per dimenticare Jacques Brel O non capire...

ville. accident de language.

photocredits - artMobbing - rk22.com L’interaction avec un espace « vécu », sujet à l’habitude du passage, à l’accumulation des hystérismes collectifs et à la patine du temps et de l’hypnose publicitaire. C’est la ressource des nouvelles formes d’expression métropolitaine qui expriment...

La maladie de l’œil

Œil, occhio, ojo. Du latin, oculus « organe de la vue », mot qui désigne aussi tout objet en forme circulaire comme les dessins sur la queue d’un paon, les bulbes, les tache sur la peau des animaux et sur les fourrures. L’œil se caractérise linguistiquement surtout avec sa forme, son utilisation...

l’ambiente? una sfida industriale (parte III)

Ed allora l'emergenza ambientale, in questo sistema che tutto ingloba e tutto rende complementare a sé, è una sfida industriale. NON ne va della sopravvivenza degli abitanti del mediterraneo o della Birmania, NO, ne va soprattutto della resistenza dell'industria e della conservazione (e dell'ampliamento)...

cecile carriere: furie éthique e monde intérieur

  Il y a une furie éthique dans les encres noires de Cecil Carriere. Cette jeune artiste confie son monde onirique à ses dessins, ou plutôt l’envers : ses figures sont des organismes biologiques confus, in fusion éternelle entre eux. Avec son travail on s’approche...

détester le peuple pour en rire

Il y a la cruauté. Et il y a la méchanceté. La cruauté artaudienne nous étonne e frappe pour ouvrir la route d’une nouvelle perception de la réalité, qui peut se réaliser seulement dans l’extraordinaire de la scène théâtrale....

le festival rock des inaperçus français

Hier soir, 6 février, au Glaz’art (7, avenue de la Villette) est commencé le festival rock « Dans la série des inaperçus », dédié à la nouvelle scène musicale française et organisé par plusieurs partenaires et par...

swing, sambuca & raggamuffin

Il y a deux semaines on les a vus au Théâtre de Verre et on les a bien aimés. Ils ont la force propulsive du melting pot. Déjà de la liste des instruments on s’aperçoit que le genre est justement ça : le mélange et l’esprit pour des...